jeudi 19 avril 2018

Andrey JIGALOV, clown. Photos François DEHURTEVENT

Photos prises à Stuttgart, décembre 2017.
JIGALOV a sans doute commencé sa carrière internationale au Festival du Cirque de Demain à Paris, en janvier 1992. Avec son compère Alekseenko, il a su attendrir les spectateurs et le jury avec son air un peu demeuré ou au moins ahuri pour y obtenir une médaille d'or. Ce qui est un exploit pour un comique car ce Festival est surtout sensible à l'acrobatie.
Le partenaire mangeant tous les bonbons reste un moment d'immense drôlerie.
La disparition prématurée d'Alekseenko lui a fait développer un personnage d'auguste sans doute plus solitaire mais le partenaire joue toujours un rôle essentiel dans la réussite de ses sketchs.
En découvrant ces images, on se rend compte que le numéro fonctionne toujours sur les mêmes bases depuis des années.
JIGALOV a ses fans -dont je ne suis pas-. C'est vraiment un personnage remarquable malgré tout pour être engagé sur les pistes de renom depuis vingt-cinq ans.












jeudi 12 avril 2018

Bjorn GEHRMANN, Ringmasteur. Photos de François DEHURTEVENT

Ce n'est pas que les photos de maîtres de piste, les ringmasters, soient passionnantes. Photographiés le plus souvent le micro à la bouche, ils sont généralement statiques. Il est cependant intéressant de documenter la présence de chacun sur la piste (costumes, attitudes notamment) pour en garder le souvenir.
On saura donc qu'à Stuttgart 2017, c'était Bjorn GEHRMANN.
Professeur de danse, ce présentateur éloquent, de 48 ans environ, a développé cette activité dans de nombreux domaines, de la publicité aux défilés de musique militaire. Et sur la piste de cirque.





mercredi 11 avril 2018

Martin LACEY Jr et ses fauves. Photos François DEHURTEVENT

Les spectacles de Noël du Théâtre Carré d'Amsterdam (Wereldkerstcircus) et de Stuttgart (Weltweihnachtscircus) sont considérés comme les plus beaux du moment avec des numéros exceptionnels.
François ne les manque pas. Il nous fait l'immense plaisir de nous donner à voir ses photos de fin décembre 2017. Ne les ratez pas.

Pour commencer cette magnifique galerie, voici Martin LACEY Jr, le pensionnaire du Circus Krone avec ses 25 fauves (tigres et lions) à Stuttgart. Quel groupe exceptionnel !















Revenez régulièrement voir les images des artistes 2017.
Merci François.

lundi 9 avril 2018

Richard SAUNDERS, photographe surréaliste

L'art topiaire, l'art du jardinier, émerveille toujours. Que les buis soient taillés de manière géométrique ou qu'ils représentent des animaux, par exemple.
J'avoue avoir été impressionné par les photos de Richard SAUNDERS, pensant qu'il s'agissait de véritables plantes sculptées. Deux secondes plus tard, on se dit : ce n'est pas possible ! Et on a raison.
A la mort de son chat bleu russe, Tolly, Richard SAUNDERS l'a recréé en buissons verts pour  l'installer dans des paysages anglais remarquables, créant ainsi un univers étrange (en photographie).

Le photographe anglais Richard Saunders

Les images sont parfois si bien faites qu'on s'y croirait, surtout comme celle ci-dessous. Impressionnant !


Une très belle idée qui a reçu un énorme succès par les réseaux sociaux.
Richard SAUNDERS a décliné l'impression de ses créations photographiques en cartes postales, calendriers et posters.





Merci à Françoise qui m'a fait découvrir cette étrange collection.

dimanche 8 avril 2018

FREAKs au cirque Flic-Flac à Berlin


Photo de Robert RIEGER

Quand j'ai découvert cette image sur le site du Magazine des Arts nomades Cirque, j'ai tout de suite eu envie d'en savoir davantage.
Les amateurs de cinéma se souviennent du film FREAKS (1932) de Tod Browning qui fit scandale à l'époque : une histoire terrifiante et monstrueuse avec des acteurs difformes, phénomènes de foire, véritables artistes du Cirque Barnum.
Le Cirque Flic Flac a monté un spectacle qu'il présente sous chapiteau à Berlin (interdit aux moins de 16 ans).




Spectacle fou, sans doute érotique avec des scènes nues, politiquement incorrect et jugé certainement vulgaire. Plein de violence et pourtant contre celle-ci. Merveilleusement divertissant, précise la publicité.
Dérangeant nécessairement avec le personnage d'Hitler.
Sur l'affiche, on reconnaît aussi le personnage de Nosferatu, légendaire vampire du film de Murnau (1922), Marylin Monroe, et ce manchot aux cicatrices sanguinolentes.
Quant à l'histoire, s'il y a une trame narrative, je n'ai pas pu la déchiffrer. Les bouts de vidéo montrent une contorsionniste, une claqueuse de fouets, une avaleuse de sabre, une trapéziste, un marionnettiste qui travaille sur son sexe et ce manchot (véritable). Le teaser sur Youtube laisse entrevoir le maquillage subtil sur son moignon.
Flic Flac est le spécialiste des spectacles de cirque où le bruit des moteurs et le feu sont aussi les vedettes. Cette fois encore, il est créatif. C'est pour moi du vrai cirque. Du vrai de vrai qui doit dépasser les limites, au risque de choquer.
A priori, je ne suis pas choqué... J'aurais même furieusement envie d'y faire des photos.

jeudi 5 avril 2018

Richard MENANT, retour du Cambodge

Richard est maintenant rentré de son voyage au Cambodge.
Voici la dernière image reçue.


Si vous avez apprécié ce type de photographies bien ancrées dans la vie, vous pouvez revoir l'ensemble du voyage sur le site de Richard  https://rmviet.jimdo.com/

mercredi 28 mars 2018

Le Salon national d'art photographique de PLŒMEUR (56)

Le club photographique de Plœmeur (ACN, Atelier de Création Numérique) organise depuis 2007 un salon national d'art photographique auquel participent les clubs adhérents de la Fédération Photographique de France (essentiellement). Un moment pour les amateurs d'être remarqués, sélectionnés et exposés. En 2018, c'est le 12e salon. L'affiche ci-dessous nous donne toutes les informations nécessaires.


Ce n'est pas très rationnel, mais l'ACN m'a invité à participer au "jugement". Je crois qu'ils souhaitaient quelqu'un de la région. Les deux autres juges venaient du Photo-Club du Pays Granvillais (Nicole Gabriel et Pierre Etienne), deux photographes appréciés dans le milieu des clubs photos.
Je n'aime pas beaucoup juger dans le domaine de la photo où je préfère ne parler que de ce qui m'intéresse. Quarante ans de pratique quasi quotidienne de la photo m'ont conduit à des choix bien éloignés des salons photographiques organisés par les clubs. Il n'y a pas si longtemps, un ami renommé dans le milieu des salons, à qui je montrais un livre que j'avais publié, me disait (gentiment) que même pas une sur dix n'y serait sélectionnée. Il ne m'apprenait rien.
A l'époque argentique des années 70, j'ai participé à nombre de salons internationaux et français en réalisant des images "adaptées" à ce qui avait l'heur de plaire à l'époque. Et qui est à peu près semblable, dans l'esprit, à ce qui se fait aujourd'hui. Peut-être venais-je chercher une confirmation en acceptant de participer à cette sélection pour le salon ?
La pratique de l'activité en club photo présente des aspects positifs et enrichissants : convivialité, perfectionnement technique, confrontation de points de vue, compétition... Ce qui peut être suffisamment motivant comme cela l'a été quelques années pour moi. Mais le but de toute photographie que l'on réalise ne peut se limiter à reproduire ce qui se fait (bien) partout. Je conçois cependant que ce peut être un objectif suffisant pour certains amateurs.
J'ai pu ainsi voir, à Plœmeur, 800 photos. Du paysage, encore et surtout du paysage, du graphisme avec le personnage (de petite taille) placé dans le 1/3 de la composition, peu-très peu-d'humain, pas de reportage donc pas beaucoup de vie. Quelques portraits de studio... La plupart du temps, des images techniquement parfaites, de beaux tirages sur des papiers chiffon (genre BFK Rives). Mais la photo, c'est, pour moi, le contenu.



photo Patrick Barbot
Avec Jacques, mon assesseur du club

Considérant toute l'application, la passion peut-être, l'investissement de temps et d'argent qu'avaient déployés les participants au salon, j'ai choisi d'emblée de ne mettre aucune note en-dessous de 10/20, et de noter 10 toutes les photos présentant un intérêt que je trouvais infime. Ce qui a correspondu à 70% de l'ensemble des photos et a permis d'être plus attentif aux autres.
Le salon ne pouvant exposer que moins de 200 photos, le choix était, de toutes façons, limité à 25%. 187 photos sont retenues pour l'exposition.
Je pense que ma façon de pratiquer n'a pas modifié la sélection finale.
Nous avions à sortir du lot notre coup de cœur. Voici les miens.

photo Paul Catry

photo Muriel Rebola

A mon sens, ce choix montre l'énorme potentiel créatif qui existe dans les clubs. Encore faut-il le mettre sur le devant de la scène. Je l'ai dit, quasiment pas de photo de reportage, de vie. Sans doute parce qu'elles ne correspondent pas aux choix habituels des sélectionneurs.

L'organisation d'un salon photographique n'est pas une sinécure (secrétariat des participants, mise en place de l'exposition, retour des photographies...).
J'ai heureusement trouvé une convivialité très très sympathique pendant la sélection. Il reste à souhaiter que de nombreux visiteurs fassent le déplacement.




Cartes-Maximum sur le Cirque

Qu'est-ce que la Maximaphilie ?
Vous trouverez la réponse précise et détaillée sur le site des Maximaphiles français : ICI.
Pour faire simple : un timbre-poste collé au recto d'une carte postale avec un cachet postal en rapport avec le sujet.
Les amateurs seront sensibles à des détails précis que vous pourrez lire sur le site.
Les Maximaphiles français ont publié (comme ils le font pour tous les timbres) une série de cartes maximum avec les 10 illustrations Cirque de La Poste (septembre 2017).
J'ai eu le plaisir de participer à cette collection. 
Je ne sais pas s'il est possible de se les procurer autrement que par abonnement. Voir contact de leur site si vous êtes intéressé.

Ci-dessous les cartes de la collection.









Voici les trois cartes dont je suis l'auteur.
Dans l'ordre :
-Duo History Makers d'Ukraine aux sangles aériennes
-Daniel Rossetti d'Italie, équilibriste sur piédestal,
-Acrobate sur monocycle de la Troupe Kucherenko d'Ukraine